Recherche Secrétaire en mode salope

Mon activité professionnelle était en plein essor et l’affaire marchait bien. J’avais donc besoin de me développer en trouvant de plus grands bureaux et davantage de personnel. Je commençai à embaucher rapide et j’avais besoin par dessus tout d’une secrétaire. Je publiai alors une annonce dans Pôle emploi et divers sites spécialisés dans lesquels je détaillai le poste et mes besoins en termes de compétences. J’eus beaucoup de retours les jours suivants. Certaines candidates étaient jolie d’autres pas, certaines vraiment trop bonnes les  autres aptes à occuper le poste mais trop jeunes car aucune dépassaient la trentaine donc cela ne m’intéressait pas.

Les jours passaient et aucune candidate valable se manifestait. Jusqu’au jour ou je pris rendez-vous dans mes nouveaux locaux avec une femme nommée Cindy. Elle avait 45 ans, de petite taille, environ 1.55 m, à la peau blanche et les cheveux châtains clairs très bien coiffés. Elle portait une une veste avec une robe pas très courte mais suffisamment pour apercevoir une belle paire de jambes. La belle robe moulante laissait entendre qu’elle avait une forte poitrine à dissimuler. En quelques mots et pour faire bref, Cindy avait le “profil” idéal pour son âge et le poste à pourvoir.

Je commençai à lui poser des questions concernant ses expériences passées en tant que secrétaire et le poste en question. tous les ingrédients étaient réunis pour que mon choix s’oriente vers elle. Pour avoir le dernier mot de l’entrevue je lui dis que ses compétences me convenaient mais que son âge pouvait être un frein à l’occupation du poste :

-“Madame Lorrience votre CV est parfait et vous êtes qualifiée pour très qualifiée pour ce poste”

-”Merci Monsieur ça me touche”

-”Mais il y a un problème, vous êtes trop âgée pour ce poste”

-”Monsieur Cosmano, je suis bien consciente que mon âge peut vous poser souci mais je possède une méthodologie de travail très professionnelle”

-”Je comprends bien, mais vous dépassez de loin les critères d’âge stipulés par l’annonce”

onsieur, je vous en prie, donnez moi ce poste. Aucune structure veut de moi à cause de mon âge”

-”J’aimerai bien vous aider Madame Lorrience mais les différence d’âge est trop élevée” (Lui dis-je en faisant le difficile)

-”S’il vous plaît, j’ai deux enfants à charge et depuis un an je suis en recherche active d’emploi, les aides de Pôle emploi arrivent à terme et je possède de minces économies”

-”Je suis désolée Madame mais je ne peux rien faire pour vous”

-”Je suis prête à faire tous ce que vous me demanderai”

-”Ne dites pas cela Madame Lorrience”

-”Mais j’ai tellement besoin de ce poste que je suis prête à tout faire”

-”J’ai du mal à croire qu’une femme comme vous soit prête à tout faire…”

-”Bien sûr que si, je suis prête à tout, dites moi ce que je dois faire”

Soudain, mon esprit s’envola en pensant à tellement de choses. Je lui dis que si elle était prête à tout, en la regardant dans les yeux, elle devait se mettre debout pour que je puisse contempler son corps. Sans rien dire elle se mit debout en face de moi et commença à se déshabiller en retirant sa veste et sa robe. Elle portait un tanga noir très fin et le soutien-gorge assorti en dentelle avec une petite perle nacre cousue dessus. Le tout de marque Lejaby. La petite dame avait du goût et cette lingerie mettait bien en valeur sa forte poitrine. Cindy était vraiment bonne.

Je commençai à bander sérieusement. Elle savait parfaitement ce qu’elle devait faire, elle se retourna pour me faire voir sa jolie paire de fesses qui  était magnifique. Avec une petite voix elle lança “tu aimes ce que tu vois ?”, j’essayai de faire mon difficile et lui dit “Je les voit parfaitement mais je ne suis pas très convaincu”. Elle se déplaça vers le bureau et monta dessus pour se mettre à quatre pattes me laissant voir ce beau cul dans toute sa splendeur, le spectacle était sublime. Elle garda appuie sur une main et avec l’autre elle écarta ses fesses pour me montrer son trou de balle suivi de son petit minou.

J’en pouvais plus, je lui arracha le tanga qui faisait obstacle sous mes yeux en la laissant à découvert. Je la touchai de mes mains et commençai à lui mettre deux doigt dans la chatte.  Je restai là contemplatif et elle me demanda encore “et maintenant, tu aimes ce que tu vois ?” je ne répondis pas, seul son corps comptait. Elle se retourna de nouveau et déboutonna mon pantalon en le laissant glisser, le caleçon ne tarda pas à suivre. D’une main elle se mit à jouer avec ma verge et de l’autre à me caresser les couilles, j’étais déjà bien dur. C’était royal !  D’un coup elle se lève et demande “le job est à moi ?” Je répondis avec un rire sarcastique “Pas si vite ma belle”, elle fut surprise de cette réponse et me redemanda à nouveau ce que je voulais.

Je répondis “Écoute, tu vas me sucer et ensuite tu dois me laisser te la foutre dans la chatte, la totale”. Elle répondit “J’ai besoin de ce boulot alors pas question” en terminant sa phrase elle mit aussitôt à me pomper le dard délicatement, elle me suça d’une façon très douce, mais j’étais tellement chaud que j’agrippai sa tête et lui enfonça ma bite entièrement dans sa bouche, elle s’étouffa sur le coup mais continua à me sucer. Après quelques minutes je sorti ma bite de sa bouche, elle se leva et demanda dans quelle position je voulais la prendre. Je lui ordonnai de se mettre à quatre pattes de nouveau et elle obéit rapidement, résignée à ce laisser faire.

En position, je faisais glisser ma verge sur sa raie humide. Elle attendait que je la rentre dans son fourreau, mais quelle ne fut pas sa surprise en me voyant pointer mon dard vers son cul. Cindy me supplia de ne pas faire ça car cela lui ferai mal. Je ne l’écoutai pas, j’approchai ma bite à l’entrée de son petit anus et d’un coup, je rentrai sec !! Elle commença à se plaindre de la douleur pour que je la retire mais en vain, je m’en foutais complètement ! Je continuai mes va-et-vient, c’était délicieux d’être dans ce cul bien étroit. J’accélérai progressivement la cadence de mes pénétrations. La séance dura une vingtaine de minutes et je n’arrivai plus à me retenir, j’avais envie d’exploser. Je me retirai d’un coup puis elle se retourna rapidement, car elle savait encore une fois ce qu’elle devait faire. En se mettant à genoux et en ouvrant grand la bouche, elle m’acheva en me branlant comme une chienne. Je crachai enfin la purée sur son visage et ses cheveux.

Ce fut énorme et je n’en revenais pas, je me sentais tout heureux. Cindy se leva et me demanda si elle avait le job, “absolument” je lui répondais. Elle se rhabilla en voulant savoir “si je couche souvent avec moi fera-tu grimper mon salaire en fin de mois. A quoi je répondis “bien sûr mais il faudra que tu sois disponible tout le temps”. Elle me répondit “ sans aucun problème”. Lui faisant aussi remarquer qu’elle devait toujours porter des tangas en guise d’uniforme. Apparemment, c’est tout ce qu’elle portait. On terminaient de se vêtir en sortant ensemble du bureau, tous deux avec le sourire.

Téléphone lui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *